Plazatex, avenue du Mont-Royal

Photo de rouleaux de tissus, tous dans des tons de beige

Je lui parle du texte que j’ai (supposément) écrit sur ses parents. Il a la larme à l’oeil. Je suis émue. Je ne l’imaginais pas aussi sensible. Il aimerait que je le lui envoie par courriel

Je cherche. Je ne trouve pas. Je suis pourtant certaine de l’avoir écrit, ce texte. Parce que l’histoire, vraiment, est très jolie.

Le père s’installe au comptoir pour me couper quelques mètres de velours côtelé. Il ne dépose pas tout de suite le long rouleau devant lui, manœuvre qui bloquerait le passage à sa femme, qui s’en vient, lentement, appuyée sur sa canne à quatre pattes, entre les hautes étagères de tissus. Elle s’arrête juste avant d’arriver au comptoir où il est installé.

Avec un brin d’impatience et une affection très évidente, il lui demande si elle passe ou s’en retourne. Elle passe. Lentement. Avec la certitude de celle qui se sait accueillie dans sa réalité de femme âgée. Il patiente. Tendrement. Avec la patience de celui qui ne saurait imaginer sa vie si elle n’était pas partagée avec la sienne à elle.

Beiges, une photo de Jonathan (cc by-nc-nd)

Save

Save

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s