À propos

dsc_0199

Photo: Benoit Bordeleau (droits réservés)

Victoria Welby est un personnage né, un peu au hasard des choses, dans un site de rencontres virtuelles. Parce que son auteure ne voulait pas d’un pseudonyme numéroté (ç’aurait été une insulte à son imagination), elle a fini par emprunter le nom d’une autre. Intello et sémioticienne elle-même, elle a affublé son avatar du nom d’une sémioticienne anglaise, nécessairement méconnue des gens fréquentant les sites de rencontres.

La première sortie publique de Victoria Welby (c’est-à-dire en dehors des sites de rencontres) a eu lieu en mai 2006, dans le cadre de deux projets littéraires faisant usage du blogue comme plateforme de publication. D’un hasard en naît un autre. Ne voulant associer ni son vrai nom, ni son adresse courriel principale à ces projets, l’auteure a décidé de réutiliser Victoria Welby comme avatar. Tous ses projets de littérature, hypermédiatique ou non, sont désormais signés de ce nom. Elle a bien commis une ou deux choses littéraires sous son vrai nom, mais elle les donne désormais comme des productions de Victoria Welby sous un pseudonyme.

Les projets construisent différents portraits de Victoria Welby. Sa vie est aussi complexifiée par l’existence de son homonyme anglaise et de son auteure, avec qui elle partage certains traits mais pas d’autres, dans un sens comme dans l’autre.

Victoria Welby est un personnage virtuel en constante construction et qu’on ne peut définir qu’en admettant la logique du tiers inclus. Autrement, il faut opter pour la schizophrénie.

Je suis critique du quotidien et des gens comme d’autres sont critiques culinaires.

Je suis une théoricienne défroquée qui habite désormais la fiction.

Censurée :

  • En Chine;
  • À l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau;
  • En partie (section Victoria W) chez Hydro-Québec;
  • Pendant un moment dans Kijiji (j’ai dû promettre de ne pas mettre de photos osées pour être autorisée à afficher une annonce);
  • Pendant un moment dans Blogger;
  • Un texte et une photo dans Facebook;
  • À la foire alimentaire du Complexe Desjardins;
  • Et peut-être ailleurs (on accepte les dénonciations).

Publications

  • Dérives (en collaboration avec, notamment, Benoit Bordeleau, Myriam Marcil-Bergeron et Pharaon Parka, depuis 2010)
  • Victoria Welby (depuis mai 2006, contenu d’avant 2017 archivé hors ligne)
  • Des gens heureux (2009), Counterpath Online, numéro 3
  • A Staircase Is a Staircase Is a Staircase (2009), terminal, «In Search of a New(er) Digital Literature»
  • Un escalier est un escalier est un escalier/A Staircase Is a Staircase Is a Staircase (2008), Hyperrhiz.net, numéro 5, «Move»
  • InstantS (2008), Panoplie.org, revue Web de création contemporaine
  • Rame (2008), traduction française et adaptation hypermédiatique de Ream, un poème de Nick Montfort, pour bleuOrange, revue de littérature hypermédiatique, numéro 01, équinoxe vernal
  • fin.ouverte (2008), traduction française de « open.ended », une œuvre de Aya Karpińska et Daniel C. Howe, pour bleuOrange, revue de littérature hypermédiatique, numéro 01, équinoxe vernal
  • «Playing Games» (2002), XYZ. La revue de la nouvelle, no 70, p. 71-74

Conférences

  • «Être sois-mêmes», séminaire Écritures numériques et éditorialisation, Université de Montréal, 21 janvier 2016
  • En collaboration avec Benoit Bordeleau et Myriam Marcil-Bergeron, «L’auteur est peut-être mort, mais il écrit encore; les auteures, elles, existent en dehors des contraintes grammaticales et échappent ainsi au destin tragique et funeste de leur homologue masculin», cours Littérature et nouvelles technologies, Université du Québec à Montréal, 3 février 2014.
  • «Le « je » emprunté est une machine à fiction hors du commun», cours Écriture et nouveaux médias, Université de Montréal, 8 octobre 2013
  • En collaboration avec Benoit Bordeleau, «Sans queue ni tête. L’art d’avoir du plaisir», cours Littérature et nouvelles technologies, Université du Québec à Montréal, 27 novembre 2012
  • «La vérité est une piètre excuse pour justifier le manque d’imagination», cours Littérature et nouvelles technologies, Université du Québec à Montréal, 17 avril 2008

Mentions de l’œuvre

  • Monjour, Servanne (2017). «L’écrivain de profil(s)… Facebook. Réflexion autour d’une photographie de profil de Victoria Welby», dans David Martens, Jean-Pierre Montier et Anne Reverseau, dir., L’écrivain vu par le photographie, Rennes, Presses universitaires de Rennes.
  • Monjour, Servanne (2015). «Dibutade 2.0: la « femme-auteur » à l’ère du numérique», Sens public, 24 septembre.
  • Vitali Rosati, Marcello (2015). «Littérature de profil: identités, détournements et éditorialisation», Culture numérique, 23 septembre.
  • Mackrous, Paule (2015). «Écriveuses du Web: abondance et remix», Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2014-1.
  • Jahjah, Marc (2013). «Peut-on reconnaître la littérature numérique? (II) oeuvres et performances», Marginalia — Savoir(s) d’annotateurs, 11 décembre.
  • Pariente-Butterlin, Isabelle (2013). «Genre et écriture», aux bords des mondes, 11 décembre.
  • Vitali Rosati, Marcello (2013). «Faut-il se déconnecter? Moi, je vais en bateau…», Culture numérique, 9 mai.
  • Lacombe, Eve-Andrée (2013). «Flâner dans Montréal: portrait du projet Dérives», Délinéaire, Laboratoire NT2, 9 avril.
  • Paquet, Amélie (2012). «Le compte est bon», émission La sphère, Radio-Canada (Montréal), 14 avril.
  • Déry-Obin, Tania (2011). «Se mettre en danger pour changer le monde: subjectivité et web 2.0», Remous, ressacs et dérivations autour de la troisième vague féministe, Montréal, Remue-ménage, p. 39-49.
  • Thomas, Cyril (2010). «Victoria Welby (Victoria Welby)», Magazine électronique du CIAC, no 37.
  • Charest-Sigouin, Violaine (2010). «Blogues sexys, les filles se lâchent!», no 247, avril, pp. 108-111.
  • Tanya (2009) «Blogue érotique par une féministe montréalaise», Je suis féministe, 22 avril.
  • Charest-Sigouin, Violaine (2009). «Tour du monde de la blogosphère érotique», Elle Québec.
  • Balpe, Jean-Pierre (2008). «Mutations de la fiction», Magazine électronique du CIAC, no 30
  • Lalonde, Joanne (2008). «Projections pour une mécréante / Projections for an Unbeliever», dans Saint-Gelais, Thérèse, dir. L’indécidable — écarts et déplacements dans l’art actuel, éditions esse, pp. 101-111, 241-250
  • Waffo, Stéphane (2008). «Chronique blog», émission La queue de la poire, CISM 89,3 (Montréal), 4 août

Performances

  • En collaboration avec Benoit Bordeleau, Myriam Marcil-Bergeron et Alice van der Klei, Dérives, Maison de la littérature, Québec, 21 mai 2016
  • Wired Words: Women in Electronic Literature, en compagnie de J.R. Carpenter, dans le cadre de la International Women’s Week, cégep Vanier, Montréal, 3 mars 2009
  • Una selva oscura, lors de Visionary Landscapes Media Art Show, Clark College, Vancouver (WA), 30 mai 2008
  • Ream-Rame, en compagnie de Nick Montfort, lors de bleuOrange 00, performances littéraires hypermédiatiques, OBORO, Montréal, 20 mars 2008
  • fin.ouverte, en compagnie d’Alice van der Klei, de Nathalie Roy et de Bertrand Grevais, lors de bleuOrange 00, performances littéraires hypermédiatiques, OBORO, Montréal, 20 mars 2008
  • Rame, en compagnie de Jim Carpenter, lors du Festival E-Poetry 2007, Paris, 23 mai 2007

Expositions de groupe

  • Les littératures numériques d’hier à demain, galerie virtuelle, Labo BnF, BnF François-Mitterand, Paris (France), 24 septembre-1er décembre 2013
  • Searching for a New(er) Digital Literature, Gallery 108, Austin Peay State University, Clarksville (TN), 15-30 janvier 2009
  • Visionary Landscapes Media Art Show, dans le cadre du colloque de la Electronic Literature Organization, 29 mai au 1 juin 2008, North Bank Artists Gallery et Clark College, Vancouver (WA), mai 2008

Save